L’école est responsable de 12% des suicides chez les jeunes

Harcèlement scolaire, pression parentale, professeurs sadiques : Hansen (2011) constate que le taux de suicide juvénile aux États-Unis chute entre mai et juin de 20%, à la fin de l’année scolaire et réaugmente en septembre et octobre de 18%, mais seulement chez les moins de 18 ans.

school_blue_4

Fouillant les statistiques, il observe le même motif se répéter chaque année depuis 1980. Il exclue progressivement toutes les autres causes possibles de cette variation et conclut que seule l’école peut être tenue responsable de cet excès de mortalité chez les jeunes par suicide.

Lueck (2015) constate que les hospitalisations psychiatriques d’urgence pour danger envers soi-même, tentative de suicide, idéations suicidaires, danger envers les autres, idéations meurtrières sont deux fois plus fréquente pendant les semaines d’école que pendant les semaines de vacances.

vacation_vs_school_16
« 5150 » est un mot de code pour dire « hospitalisation sous contrainte ».

Il y a 14 à 15 semaines de vacances par an à Los Angeles, où l’étude a été menée. L’école est ainsi associée à 55 % des hospitalisations pour violence ou auto-violence pendant les périodes scolaires et à 46 % toute l’année.

Lueck a analysé les hospitalisations sous contrainte de 3223 enfants à l’échelle municipale.

Plemmons (2018) constate une augmentation des hospitalisations sous contrainte des enfants pour idéations suicidaires ou tentatives de suicide, avec toujours un creux significatif pendant les vacances.

hospitalisation_forcée_enfants_suicidaires_2
Tendance annuelle des internements pour idéations suicidaires ou tentatives de suicide dans 31 hôpitaux pour enfants

Il y a deux fois plus d’hospitalisations en octobre qu’en juillet.

mois_hospitalisation2
Tendance mensuelle des internements pour idéations suicidaires ou tentatives de suicide dans 31 hôpitaux pour enfants.

Plemmons a analysé 115 856 hospitalisations à l’échelle nationale (au États-Unis).

Entre 2008 et 2015, Plemmons observe également pour les enfants une augmentation des hospitalisations psychiatriques de 43% (963 919 à 1 376 498) tous diagnostics confondus, et de 292% (6392 à 25 085) pour les idéations suicidaires et les tentatives de suicide.

Bibliographie:

Hansen B , Lang M (2011). Back to school blues: Seasonality of youth suicide and the academic calendar. Economics of Education Review 30 (2011) 850– 861. 10.1016/j.econedurev.2011.04.012

Lueck C et al. (2015) Do emergency pediatric psychiatric visits for danger to self or others correspond to times of school attendance? American Journal of Emergency Medicine 33 (2015) 682–684. 10.1016/j.ajem.2015.02.055

Plemmons G, Hall M, Doupnik S, et al. (2018) Hospitaliza­tion for Suicide Ideation or Attempt: 2008–2015. Pediatrics. 2018;141(6):e20172426

 

Publicités

Maths derrière le sevrage avec une injection retard

Supposons que vous ayez une injection de 141,04 mg de Décanoate d’halopéridol, ce qui correspond à 100 mg d’halopéridol, ou plus simplement 100 mg d’haldol. Quelle est la dose dans votre organisme, trois semaines plus tard? 50 mg d’haldol, la moitié, puisque la demi-vie de l’haldol injectable est de 3 semaines.

Mais combien d’haldol avez-vous dans le corps après une semaine par exemple?

La réduction de la dose d’haldol dans votre corps suit une loi exponentielle décroissante, c’est-à-dire que la dose est divisée par tant tous les X temps. Ici, la dose d’haldol est divisée par 2 toutes les trois semaines.

Donc chaque semaine, la dose est divisée par un certain nombre que nous ne connaissons pas. Appelons-le x.

Semaine 1: 100 mg ÷ x = ?

Semaine 2: 100 mg ÷ x ÷ x = ?

Semaine 3: 100 mg ÷ x ÷ x ÷ x = 50 mg.

En effet, on sait que la troisième semaine la dose est divisée par 2 puisque c’est la demi-vie. Donc:

<=> 100 mg ÷ x ÷ x ÷ x = 100 mg ÷ 2 = 50 mg

<=> 100 mg ÷ (x × x × x) = 100 mg ÷ 2

<=> x × x × x = 2

<=> x ^ 3 = 2

<=> x = ∛2  = 2 ^ (1/3)

Donc chaque semaine, la dose est divisée par ∛2 ou 2 ^ (1/3).

Vérifions:

<=> 100 mg ÷ 2 ^ (1/3) ÷ 2 ^ (1/3) ÷ 2 ^ (1/3) = 100 mg ÷ 2

<=> 100 mg ÷ [2 ^ (1/3) × 2 ^ (1/3) × 2 ^ (1/3)] = 100 mg ÷ 2

<=> 100 mg ÷ [2 ^ (1/3 + 1/3 + 1/3)] = 100 mg ÷ 2

<=> 100 mg ÷ 2 ^ 1 = 100 mg ÷ 2

<=> 100 mg ÷ 2 = 100 mg ÷ 2

C’est bon, on retombe bien sur nos pieds!

Maintenant, comment calculer la dose quotidienne consommée par l’organisme? D’abord, il nous faut calculer la dose totale présente chaque jour dans le corps, puis faire la soustraction d’un jour sur l’autre.

Commençons par la dose totale présente dans le corps le jour 0 et le jour 1. On utilise le même raisonnement que précédemment.

Jour 0: aucun calcul à faire: la dose est de 100 mg.

Jour 1: Il y a 21 jours en trois semaines. Donc x est égal à la racine vingt-et-unième de 2 ou 2 ^ (1/21).

100 ÷ 2 ^ (1/21) = 96,75

Reste plus qu’à faire la soustraction:

100 – 96,75 = 3,25

La dose de neuroleptique consommée pendant les 24h suivant l’injection est de 3,25 mg.

Avec une feuille de calcul, vous pouvez automatiser: vous calculez d’abord la dose au jours J puis vous faites la soustraction avec la dose J+1.

Ainsi vous obtenez:

semaine 0: 3,25 mg,

semaine 1: 2,58 mg,

semaine 2: 2,05 mg,

semaine 3: 1,62 mg (demi-vie),

etc.

Revenons à la dose que vous avez dans l’organisme: au bout de 4 semaines, elle est de:

<=> 100 mg / 2 ^ (1/3 + 1/3 + 1/3 + 1/3)

<=> 100 mg / 2 ^ (4/3) = 40 mg

Vous réaugmentez la dose de 50 mg (nouvelle injection), vous avez donc 90 mg dans le corps.

À nouveau, la dose diminue pendant quatre semaines:

90 mg / 2 ^ (4/3) = 36 mg

Vous réaugmentez de 50 mg, vous avez donc 86 mg dans le corps.

Et ainsi de suite.

Au bout d’un certain temps, 16 semaines environ, votre dose va slalomer entre deux valeurs: 83 et 33 mg, juste avant et juste après l’injection. Ce sont les valeurs qu’il faut prendre en compte.

Ainsi si vous avez pris du 50mg pendant au moins 16 semaines toutes les 4 semaines, et que maintenant vous arrêtez, vous aurez le tableau régressif suivant:

Événements injection demi-vie demi-vie demi-vie
temps (semaines) 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
dose dans l’organisme après la dernière injection de 50 mg (mg) 83 66 52 42 33 26 21 16 13 10
dose quotidienne consommée après la dernière injection de 50 mg (mg) 2,69 2,14 1,70 1,35 1,07 0,85 0,67 0,53 0,42 0,34

Vous pouvez constater que vous passez en-dessous de 1 mg dès la 5ème semaine, ce qui est tout à fait satisfaisant selon Viguera (1997). Cependant, vous devez être très prudent pendant au moins 14 semaines, Viguera ayant trouvé une recrudescence des rechutes au alentour de la 10ème semaine.

Ainsi, vous êtes paré pour calculer la déplétion de votre dose quotidienne en fonction de la dose injectée et de la demi-vie du produit. Cela reste des données très théoriques qui dépendent de votre métabolisme et de votre activité physique.

Cependant vous faire un tel tableau vous permet de vous repérer dans votre sevrage, et adapter la dose si jamais vous voulez reprendre un cachet de neuroleptique (insomnie, inquiétudes…).

N’oubliez pas non plus que même en sevrage progressif, il y a un taux de rechute de 35% en 14 semaine (Viguera, 1997), et de 43% en 18 mois (Wunderink, 2007). Par comparaison, le taux de rechute en traitement continu est de 21% en 18 mois (Wunderink, 2007).

Avec le sevrage, vous aurez immédiatement moins d’effets secondaires , mais les bénéfices sur la psychose ne se feront sentir qu’à long terme, après quelques années.

relapse rate short and long time

neuroleptiques_psychose2

ATTENTION, je ne suis pas médecin: les calculs ci-dessus doivent être vérifiés avec attention avant la prise de décision. Ayez l’esprit critique!

Bibliographie:

Adele C. Viguera, MD; Ross J. Baldessarini, MD; James D. Hegarty, MD, MPH;
Daniel P. van Kammen, MD, PhD; Mauricio Tohen, MD, DrPH (1997). Clinical Risk Following Abrupt and Gradual Withdrawal of Maintenance Neuroleptic Treatment. Arch Gen Psychiatry. 1997;54:49-55

Wunderink, L. and all (2007). Guided Discontinuation Versus Maintenance treatement in Remitted First-Episode Psychosis: Relaps Rates and functional Outcome. The Journal of clinical psychiatry. 2007;68(5):654-661 Repéré à http://www.psychodyssey.net/wp-content/uploads/2014/01/Guided-Discontinuation.pdf

Wunderink, L., Nieboer, R., M.,Wiersma, D., Sytema, S. (2013) Recovery in Remitted First-Episode Psychosis at 7 Years of Follow-up of an Early Dose Reduction/Discontinuation or Maintenance Treatment Strategy. JAMA Psychiatry. 2013; 70(9):913-920. doi:10.1001/jamapsychiatry.2013.19. Repéré à http://jamanetwork.com/journals/jamapsychiatry/fullarticle/1707650

Pourquoi les injections-retards sont bonnes pour le sevrage…

… mais pas pour le traitement.

Tout est question de demi-vie. Beaucoup de neuroleptiques-retards ont une demi-vie de 3 semaines, c’est-à-dire que la dose de neuroleptique diminue de moitié dans votre organisme en trois semaines.

Ainsi, si vous prenez une injection d’haldol de 100mg, 3 semaines plus tard il reste 50mg dans votre organisme. 50mg d’haldol se sont progressivement diffusés dans votre organisme. Si la semaine suivante (quatrième semaine), vous prenez une nouvelle injection de 50mg, comme c’est la posologie standard, la dose d’haldol remonte à 90mg, puis diminue encore pendant quatre semaines, jusqu’à 36mg.

Au bout de 16 semaines, vous faites le yoyo entre 83mg et 33mg, et ce sera comme ça tant que vous prendrez des injections de 50mg.

Ainsi, contrairement à ce qu’on pourrait penser, les injections mensuelles ne se diffusent pas du tout de façon homogène tout au long du traitement. Juste avant l’injection, la dose est 60% inférieure à celle qu’elle est après l’injection. Voici le tableau de la dose de neuroleptique que vous avez chaque semaine en fonction du temps:

événement injection de 100mg Demi-vie injection de 50mg injection de 50mg injection de 50mg injection de 50mg
temps (semaines) 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
dose dans l’organisme après l’injection (mg) 100 79 63 50 90 71 56 45 86 68 54 43 84 67 53 42 83
dose dans l’organisme avant l’injection (mg) 0 79 63 50 40 71 56 45 36 68 54 43 34 67 53 42 33
dose quotidienne consommée après l’injection (mg) 3,25 2,58 2,05 1,62 2,91 2,31 1,83 1,46 2,78 2,21 1,75 1,39 2,73 2,16 1,72 1,36 2,71
dose quotidienne consommée avant l’injection (mg) 0 2,58 2,05 1,62 1,29 2,31 1,83 1,46 1,16 2,21 1,75 1,39 1,10 2,16 1,72 1,36 1,08

Comme vous le voyez, vous vous tapez un mini sevrage tous les mois avec ce genre de posologie.

Par contre, ce qui n’est pas terrible pour ce prétendu traitement « continu », est excellent pour le sevrage. La dose de neuroleptique diminue progressivement dans le sang, étant divisé par deux toutes les trois semaines.

Supposons que vous soyez chargé comme un mulet et qu’on vous injecte une dose de 200 mg toutes les quatre semaines depuis au moins 7 mois. La dose maximale dans votre organisme est donc de 332 mg.

Voici le tableau de la diminution:

Événements injection demi-vie demi-vie demi-vie demi-vie dose vraiment négligeable
temps (semaines) 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
dose dans l’organisme après la dernière injection de 50 mg (mg) 332 264 209 166 132 105 83 66 52 42 33 26 21 16 13
dose quotidienne consommée après la dernière injection de 50 mg (mg) 10,78 8,56 6,79 5,39 4,28 3,40 2,69 2,14 1,70 1,35 1,07 0,85 0,67 0,53 0,42

Ainsi donc, arrêter les injections retard est une technique vraiment fiable et vraiment pratique pour le sevrage. En guise de sécurité, vous devriez vous faire prescrire des cachets faibles doses de neuroleptique, à prendre « en cas de besoin », afin de parer à tout risque de syndrome de sevrage.

Voici les résultats de l’analyse Viguera (1997) à propos de l’efficacité du sevrage progressif (dont l’injection retard) par rapport au sevrage brutal:

sevrage
Figure 3: Pourcentage de « survie » des patients schizophrènes dont les conditions sont restées stables après l’arrêt brusque du traitement neuroleptique (n = 49) par rapport à l’arrêt progressif (ou arrêt des injections à effet retard [n = 58]), sur la base de rapports pour les deux même études (AI Green, MD, SV Faraone, PhD, WA Brown, MD, J. Guttierez, MD, et MT Tsuang, MD, DSc, Ph.D., communications orales et écrites, juin 1995). Le risque était plus élevé chez les patients qui ont été retirés brutalement χ2 = 11,1, P <0,001), dont 50% ont rechuté en 2,5 mois, alors que les patients [qui ont arrêté progressivement] n’ont pas atteint ce niveau.
Dans cette analyse, au bout de 24 semaines, le taux de rechute des personnes arrêtant progressivement les neuroleptiques était de 35%, tandis celui des personnes arrêtant brusquement était de 65%.

MISE EN GARDE: je ne suis pas médecin et cet article peut contenir des erreurs. Vous prenez la décision du sevrage sous votre propre responsabilité, si possible avec le conseil ou l’assistance d’un médecin.

Bibliographie:

Adele C. Viguera, MD; Ross J. Baldessarini, MD; James D. Hegarty, MD, MPH;
Daniel P. van Kammen, MD, PhD; Mauricio Tohen, MD, DrPH (1997). Clinical Risk Following Abrupt and Gradual Withdrawal of Maintenance Neuroleptic Treatment. Arch Gen Psychiatry. 1997;54:49-55

ANSM, (2017). HALDOL DECANOAS, solution injectable, 50 mg.

Finalement, il n’existe aucune preuve d’efficacité des antidépresseurs chez les adolescents

 

suicide2

Les docteur Healy, Le Noury ​​et Jureidini ont réanalysé les données brutes de toutes les études d’efficacité des antidépresseurs sur les enfants et les adolescents depuis 1990. Sur les 35 études, toutes sont négatives, à l’exception peut-être d’une seule, mais ce n’est pas significatif (amélioration de 3,3 points sur une échelle de 96 points, par rapport au placebo).

Par contre, les antidépresseurs se sont révélés d’excellents castrateurs chimiques pour les adolescents. En outre, toutes ces études ont montré une augmentation du taux de suicide.

Cependant, il semble que les antidépresseurs diminuent l’anxiété et rendent maniaque.

Des impuissants et des frigides suicidaires, maniaques de surcroît, pour un peu moins d’anxiété… Beau résultat en vérité!

Healy, D., Le Noury, J., & Jureidini, J. Paediatric antidepressants: Benefits and risks. International Journal of Risk & Safety in Medicine, (Preprint), 1-7. (Link)

Un nouvel outil pour le sevrage progressif: les bandes dégressives

medication

Une bande dégressive est une boite de médicaments dont chaque pilule contient un peu moins de produit actif que la précédente. Il est ainsi possible d’effectuer un sevrage progressif en toute sécurité.

Le docteur Groot vient de publier une étude dans laquelle 71% des personnes dépendantes aux anti-dépresseurs ont réussi à se sevrer complètement avec ces bandes dégressives. Mais il existe aussi des bandes pour les neuroleptiques, pour les sédatifs, pour les analgésiques, pour les anti-épileptiques, pour les stabilisateurs de l’humeur et autres. On peut espérer un taux de réussite similaire pour ces produits.

Parlez-en à votre médecin! Ou cherchez un autre médecin réceptif à ces solutions.

L’article de vulgarisation, en anglais:

Tapering Strips Help People Discontinue Antidepressants

Le site pour en acheter:

Tapering Strip

Autre solution pour se sevrer:

  • Dernière injection retard + pilules « au cas où »,
  • Réduction progressive du dosage de la pilule,
  • Neuroleptiques sous forme liquide, qui permet de diluer et de doser très précisément, pour un sevrage ultra-progressif, si vous êtes très dépendant.
Chacun est différent! Choisissez la solution de sevrage qui est la plus adaptée à vos possibilités.